Solaire

Le soleil à l'école, des primes de 3 millions d'euros


Si toutes les écoles publiques italiennes se nourrissaient énergies renouvelables, combien d'émissions nocives seraient économisées? La ville de Rome à elle seule réduirait son impact négatif de 132 500 tonnes de dioxyde de carbone. Pour financer la préparation de toitures photovoltaïques l'État s'en charge.

La deuxième édition de l'appel a été publiée le 20 mars au Journal officiel "Le soleil à l'école". L'initiative vise à encourager la diffusion de l'installation depanneaux photovoltaïquessur les bâtiments scolaires afin de sensibiliser les nouvelles générations économie d'énergie. L'éducation au développement durable n'est que l'un des objectifs, la systèmes photovoltaïques montés sur les toits des écoles, ils apporteront une réduction massive des émissions nocives.

L'appel, promu par le ministère de l'Environnement, met à disposition 3 millions d'euros pour couvrir 100% du coût éligible, avec une limite maximale de 40 000 euros par bâtiment scolaire. Chaque école pourra faire des propositions pour solliciter une contribution octroyée par le ministère dans la limite maximale de 40 mille euros par bâtiment scolaire, pour une couverture égale à 100% du coût admissible et sans charges à la charge des collectivités locales.

L'appel, qui prévoit l'implication d'environ 1000 écoles publiques, s'adresse à toutes les communes qui accueillent des bâtiments scolaires tels que les écoles primaires, les collèges et les lycées sur leur territoire. Les projets présentés par des bâtiments déjà financés lors d'appels ministériels antérieurs ne seront pas pris en considération.

La première édition de "Le soleil à l'école"A eu une couverture économique trois fois supérieure à l'actuelle (9 millions et 700 milliers d'euros, contre les 3 millions attendus pour cette année), la décision de proposer le projet est toujours positive, compte tenu également de l'adhésion massive au dernier appel. Lors de la dernière édition, il y a eu une participation notable en Sicile, Latium, Abruzzes, Calabre et Campanie avec la participation de plus de 1 300 écoles: environ 800 interventions approuvées, dont 500 ont été réalisées. Le projet a déjà été adopté par les écoles romaines qui les réduiront dans les années à venir Emissions de CO2 de 132 500 tonnes.

Il convient de noter que les données sur renouvelable sont réconfortants: il suffit de penser que l'année dernière, il y a eu une augmentation de plus de 50% des investissements dans les énergies renouvelables par rapport à l'année précédente en Italie. L'objectif principal du projet "Le soleil à l'école«C'est montrer aux élèves comment il est possible de recourir à énergies renouvelablespour la production de l'énergie nécessaire à la réalisation des activités scolaires: ces dernières années, les dépenses d'énergie dans les écoles ont augmenté en raison de l'utilisation d'ordinateurs et d'outils électroniques.

Il sera possible d'éclairer les salles de classe grâce à l'énergie provenant du soleil, réduisant ainsi son impact sur la planète en vue d'un avenir plus vert. Le texte intégral du deuxième appel, avec toutes les informations pratiques pour faire une demande de financement, est disponible sur le site du ministère de l'Environnement ou peut être téléchargé en cliquant ici.



Vidéo: Jancovici: Bienvenue dans le monde fini - ADEME - 13042018 (Mai 2021).