Entrevues

Teindre les tissus avec des restes de radis, de chou et d'oignon


Ils ont extrait et séparé les colorants pour la laine, le coton et le lin à partir de matrices végétales, essentiellement des déchets agricoles, comme les radis, le chou rouge, les artichauts, l'oignon rouge et l'oignon doré. Et ils ont remporté le premier prix de l'InvFactor - vous êtes aussi un génie!, organisé par l'Institut de recherche sur la population et les politiques sociales du Conseil national de la recherche (Irpps-Cnr) et par la Représentation en Italie de la Commission européenne. Je suis les garçons de l'Iti 'Cannizzaro' de Catane ', avec le professeur Angela Percolla qui indique que leur proposition gagnante est: 'Habillons-nous aux couleurs de la nature ».

1) Comment est née l'idée des colorants naturels?

Lors d'un stage d'été au laboratoire de chimie des douanes de Palerme, les étudiants deITI Cannizzaro de Catane, adresse de chimie (IV A) ont pu voir comment les tissus colorés contiennent souvent des substances toxiques pour l'homme. Nous nous sommes donc posé la question: les colorants naturels peuvent-ils être aujourd'hui une alternative valable aux colorants synthétiques?

Les produits importés de certains pays sont parfois traités avec des produits chimiques non conformes. Les colorants azoïques, souvent présents dans les tissus chinois, portés par la sueur, sont absorbés par la peau. Ces colorants, sous l'action d'enzymes, sont ensuite transformés en amines aromatiques libres, nocives pour la santé humaine.

2) Quelles nouveautés proposez-vous?

L'élément de la grande innovation était le étude de la salubrité des colorants, aussi bien que l'évaluation de l'impact environnemental résultant de leur utilisation. Un autre aspect du projet, d'une importance fondamentale du point de vue de l'application technique, était l'étude de la couleur naturelle, des techniques instrumentales de lecture et de gestion de la couleur, bien connues et utilisées pour les colorants synthétiques au niveau de la teinture et de l'industrie.

A l'issue de l'extraction des colorants naturels, des analyses spectrophotométriques ont été réalisées dans nos laboratoires ainsi que par méthode pour les colorants synthétiques.

3) Quel genre de prise de conscience y a-t-il parmi les jeunes sur le sujet au début et à la fin du projet?

La question de la durabilité environnementale et les questions liées à la «chimie verte» ont toujours été abordées en classe. L'année dernière, la même classe a remporté le 3e prix national INVFACTOR avec le travail «Solvants de fruits - Solvants écologiques des agrumes siciliens». Je pense que les jeunes d'aujourd'hui sont conscients des problèmes de durabilité environnementale.

4) Quels problèmes se sont posés lors de l'exécution des travaux et quelles solutions possibles?

Pas de problème particulier: le travail a été réalisé dans les laboratoires de l'école où les élèves travaillaient à la fois individuellement et en groupe. À la fin de l'activité de laboratoire, ils ont créé un échantillon de tissus colorés avec des colorants naturels.

5) Qu'ont fait les garçons?

Après avoir choisi les matières premières, c'est-à-dire les déchets agricoles tels que le chou rouge, les radis, l'oignon rouge et l'oignon doré, les élèves ont extrait les colorants à la fois dans l'eau et dans l'alcool. Puis il est passé à un vrai atelier de teinture: des tissus naturels comme la laine et le coton, après une phase de gravure, ont été plongés dans le bain de couleur. Des tests de stabilité des couleurs ont ensuite été réalisés à la lumière et au lavage et une série d'analyses spectrophotométriques.

6) En dehors du concours auquel vous participez, quelles autres initiatives sur les questions vertes existent dans votre école?

Chaque année, je propose un thème sur la chimie verte qui diffère selon le type d'étudiants. Dans la période de deux ans, je traite de sujets tels que l'élimination des déchets, la collecte séparée, la production de compost, dans la période de trois ans, nous passons à des questions qui sont bien liées aux programmes ministériels: la production et l'analyse de biodiesel à partir d'huile frite, les solvants écologiques, les bioplastiques et aujourd'hui les colorants Naturel.

7) Écoutons les enfants: comment percevez-vous le problème de la durabilité environnementale pour votre avenir? Que fait l'école? Et les institutions?

La question de la durabilité environnementale est l'un des points cruciaux de la politique de développement économique et social. Il est clair que la planète semble souffrir d'une dégradation environnementale irréversible dont les causes sont assez claires. La domination technologique de l'environnement conduit à des dommages écologiques lents et incontrôlés. À l'école, de nombreux enseignants traitent de sujets tels que la pollution de l'environnement, les ressources énergétiques, le changement climatique, la réduction des déchets et par conséquent, nous, les élèves, avons perçu l'importance de ces problèmes.

Malheureusement, les institutions ne sont pas très sensibles à certains problèmes: à Catane, par exemple, la collecte sélective des déchets peine à décoller et le trafic automobile montre toujours une mobilité durable inexistante.

Facteur INV: les élèves de Timpano Daniele et Di Nanno Michela. Prof. Percolla Angela et Palermo Maria

Interview parMarta Abbà


Vidéo: Teinture végétale à lortie (Mai 2021).