Recherches

Avec Paolo Amerio vient "La bella estate" mais se défendant des rayons UV


Armez-vous de TOTAL BLOCK, contre les UVA mais aussi les UVB, en vous faisant une dose équilibrée d'heures quotidiennes avec la peau exposée au soleil, sans exagérer avec des week-ends entiers en montagne, ni s'arrêter aux heures centrales de la journée, particulièrement dangereux en Mai et juin. Mais sans exagérer même l'inverse, se cacher des rayons qui nous permettent de produire la précieuse vitamine D.

Paolo Amerio, chef du Département de Dermatologie et Vénéréologie de l'Université de Chieti-Pescara, évoque bien à l'avance les risques et les remèdes aux rayons UV tout en préparant un site internet dédié avec ses étudiants.

1) Les rayons ultraviolets font-ils partie des principaux facteurs de risque d'apparition de cancers cutanés?

LA tumeurs cutanées ils représentent plus de 50% de tous les cancers humains. Qu'est-ce que rayonnement ultraviolet (UV) représentent le principal agent capable d'induire ces tumeurs est reconnu depuis plus de 50 ans. Le rayonnement UV doit être associé à d'autres conditions pour représenter un risque réel de cancer. Les facteurs concomitants les plus importants sont: peau claire, yeux clairs, cheveux blonds ou roux, phototype, familiarité avec les cancers de la peau, brûlures fréquentes à l'âge pré-adolescent. Le rayonnement ultraviolet induit directement des dommages à l'ADN et augmente la quantité de radicaux libres qui à leur tour causent encore plus de dommages en interagissant avec les protéines et les membranes cellulaires. Le risque de développer des cancers cutanés (mélanome et épithéliome) est donné à la fois par le rayonnement ultraviolet naturel (soleil) et par l'exposition à des sources artificielles de rayonnement ultraviolet telles que des chaises longues dont l'utilisation, surtout sous l'âge de 35 ans, double le risque de développer un mélanome.

Le mode d'exposition au soleil est également important. L'exposition solaire aiguë et intermittente est plus étroitement liée au développement des mélanomes, tandis que l'exposition continue est plus étroitement liée au développement des épithéliomes.

Le changement des conditions d'exposition aux rayons ultraviolets de la population a rendu le mélanome beaucoup plus fréquent qu'il y a quelques années: pour les sujets à la peau claire, le risque est aujourd'hui de 1/65, au milieu du siècle dernier, il était de 1/5000.

En Italie, l'AIRTUM (Réseau italien des registres du cancer) a calculé une incidence de 12,5 cas de mélanome cutané pour 100 000 chez les hommes et 13,1 pour 100 000 chez les femmes. La fréquence du mélanome diminue à mesure qu'il se déplace vers les régions du sud. Il existe cependant des régions du sud comme les Abruzzes où l'incidence du mélanome est très élevée (14 sur 100 000) (comme le rapporte l'International Journal of Dermatology).

2) Quel est le degré de sensibilisation des citoyens?

Sensibiliser la population à la connaissance du risque associé au rayonnement solaire et aux sources artificielles d'UV, notamment chez les enfants et les adolescents, est indispensable pour réduire le développement de ces tumeurs. Le degré de sensibilisation est directement proportionnel au développement de campagnes de sensibilisation qui ont donné d'excellents résultats dans les pays à forte incidence de tumeurs épithéliales et mélaniques comme l'Australie ou le Canada. La gravité de la situation dans ces pays a également conduit à une limitation législative du développement des centres de bronzage. En Australie, il y a même des factures pour abolir complètement les salons de bronzage à partir de 2014!

En Italie, la sensibilisation est certainement moins organisée. Diverses associations de dermatologues telles que SIDEMAST, ADOI et AIDA ont organisé diverses actions de sensibilisation depuis 2000 (Journée du mélanome, journée de l'Euromélanome et journée de la prévention du cancer) mais malheureusement ce sont des jours uniques par an. D'autres initiatives se situent au niveau régional ou local et donc très peu réparties uniformément sur l'ensemble du territoire national.

Une étude récente de la nôtre a montré que bien que le mélanome soit un problème de santé assez connu (plus de 80% des répondants en ont entendu parler), moins d'un tiers des personnes savent exactement quels sont les facteurs de risque de son développement. La plupart des gens obtiennent des informations de la télévision (40%) tandis que 15% seulement ont lu des informations dans des magazines ou des journaux. D'où la nécessité d'offrir une information plus complète à la population même avec l'utilisation de moyens d'information modernes tels que les sites Web.

3) Qu'avez-vous créé et pourquoi?

La nécessité d'offrir des informations aux patients et à la population générale nous a incités à créer un site, appelé «Previde», qui peut être un point de référence pour l'information médicale en dermatologie avec une attention particulière aux questions liées à l'exposition au soleil du sexe et aux rayons UV.

Le site contiendra des informations facilement utilisables par les utilisateurs sur les principaux mécanismes des dommages solaires et du rayonnement UV. Sur le site, il sera possible de calculer votre phototype, et de visualiser, grâce à la collaboration avec «Virgilio Meteo», la quantité de rayonnement solaire présente dans la zone géographique d'intérêt à un moment donné. Ces informations permettront aux utilisateurs de choisir l'écran solaire ou les vêtements les plus appropriés pour la journée, ainsi que la durée maximale d'exposition avant de subir des éruptions cutanées et des brûlures. De plus, sur le site, les médecins inscrits pourront accéder à un service de télédermatologie en ligne réalisé par le personnel de la Clinique Dermatologique de Chieti pour accéder à des services spécialisés tels que dermatoscopies, mole maps, ablation de lésions précancéreuses ou tumorales.

4) Comment le rayonnement ultraviolet nous nuit-il? Comment les tenir à distance?

Ils provoquent des lésions cutanées à la fois directement par des mutations d'ADN et indirectement par le développement de radicaux libres. Ces deux mécanismes induisent un état de moindre activité du système immunitaire de la peau, favorisant le développement de tumeurs cutanées. L'action directe du rayonnement UV sur l'ADN se produit avec la formation d'anneaux pyrimidiniques qui déforment sa structure - la prérogative exclusive du rayonnement ultraviolet - de telles mutations ne permettent pas la réplication normale de cellules qui deviennent cancéreuses. Le deuxième mécanisme d'action implique le développement de radicaux libres qui interagissent avec les protéines et les membranes cellulaires, modifiant la vie physiologique normale des cellules de la peau.

Il faut éviter de trop s'exposer, surtout en juin-juillet et aux heures centrales de la journée, ou de manière occasionnelle et intense comme des week-ends entiers, en montagne. De plus, l'utilisation d'écrans solaires, TOTAL BLOCK, pour les UVA et les UVB, peut réduire de 70% le risque de développer des cancers cutanés, mais ils doivent être appliqués toutes les 2 heures car ils se dégradent assez rapidement et perdent leur capacité protectrice.

Cependant, les rayonnements ultraviolets ne sont pas à éviter complètement: ils permettent la production de vitamine D dans la peau, une vitamine très importante pour le bon développement du système immunitaire et des os de notre corps.

5) Quelles régions du pays sont les plus touchées et quand?

En Italie, l'incidence la plus élevée de cancers de la peau doit être enregistrée dans les régions du nord. La variabilité pourrait être justifiée, en plus du type de peau et de la quantité d'irradiation, par une différence génétique des différentes populations régionales. Les zones les plus irradiées sont les zones montagneuses (la quantité de rayonnement UV augmente avec l'altitude). L'irradiation plus importante présente dans les régions du sud de l'Italie est contrebalancée par le type de peau des populations qui y résident avec une peau généralement plus foncée et donc en un certain sens plus protégée des effets délétères du rayonnement solaire.

6) Quelles conséquences sur la santé?

Le rayonnement UV a été étroitement lié au développement de cancers de la peau, à la fois des mélanomes et des cancers épithéliaux. Si ces derniers représentent 90% des cancers de la peau, ils sont généralement moins agressifs. Le mélanome, en revanche, ne représente que 5% des cancers de la peau, mais est responsable de plus de 90% des décès par cancer de la peau.

C'est la raison pour laquelle la prévention primaire et secondaire, associée au diagnostic précoce, représentent les objectifs à poursuivre pour le dermatologue et le médecin généraliste.

7) Qui contacter si vous remarquez des lésions suspectes?

Le médecin généraliste est le protagoniste de la gestion de la santé des citoyens et est donc à la pointe de la mise en œuvre de la prévention primaire et secondaire des effets délétères des rayons UV. Le dermatologue représente le principal point de référence pour le diagnostic et le traitement des lésions cancéreuses cutanées et est le professionnel le plus apte à établir la nature des lésions cutanées induites par les rayons UV.

Interview parMarta Abbà

L'article peut également vous intéresser: "Vitamine D: à quoi ça sert?


Vidéo: La Cucaracha Ya no puede caminar - Nora Galit (Juillet 2021).