Recherches

Contrainte photovoltaïque et paysager


Contrainte photovoltaïque et paysager: lorsque des permis sont nécessaires pour installer le toit photovoltaïque et lorsqu'il n'est pas nécessaire de contacter la Surintendance.

En cas deinstallation d'un système photovoltaïque sur le toitla municipalité et la surintendance NE PEUVENT PAS appliquer des restrictions génériques de paysage. De plus, même dans le cas decontrainte de paysage, l'avis de la surintendance n'est pas toujours nécessaire.

C'est ce qui a établi une décision du TAR du Piémont qui a ouvert les portes à une installation plus étendue de systèmes photovoltaïques même dans les zones à «haute valeur paysagère», ne nécessitant pas nécessairement l'autorisation de la Surintendance.

La sentence remonte au 10 décembre 2014 (phrase n ° 1946). Dans ce cas, le TAR du Piémont a accepté le recours introduit par une entreprise demandant l'annulation d'une note du service technique municipal. La note exigeait (en référence à la communication de début des travaux relative à l'installation d'un système photovoltaïque adhérant au toit) l'acquisition préalable duSurintendance.

Surintendance, pour octroyer le permis, il avait «imposé» à l'entreprise l'adoption de systèmes positionnés le long des avant-toits et que les mêmes systèmes étaient équipés d'un film antireflet de la même couleur que le revêtement du toit.

Le Tar du Piémont a établi que dans le cas spécifique de l'entreprise, l'utilisateur pouvait installer un système solaire même sans l'autorisation du surintendant, en procédant à la simple communication du début des travaux.

Bien entendu, cela ne signifie pas que ceux qui souhaitent installer un toit photovoltaïque dans une zone couverte par une contrainte paysagère ne doivent pas demander l'avis de la Surintendance. Cette décision ouvre cependant la porte à des recours plus faciles et à une acquisition plus simple des permis.

Selon le tribunal administratif régional du Piémont, il est toujours nécessaire de procéder à un contrôle au cas par cas et ce n'est que sous certaines conditions que l'avis de la surintendance est nécessaire.

D'une manière générale, les administrations municipales «passent le ballon» à la surintendance en invoquant l'article 7, paragraphe 1, du décret législatif no. 28/2011. Selon le TRE, cet article fait explicitement référence aux panneaux solaires thermiques et non au photovoltaïque. Dans ce cas, l'installation d'un système photovoltaïque est régie par l'article 11 du décret législatif no. 115/2008.

Il est plus facile de contourner l'autorisation de la Surintendance dans le cas d'un système photovoltaïque intégré à la toiture du bâtiment. Le système doit conserver la même inclinaison et la même orientation du terrain sans changer la forme du bâtiment. Profitant des bizarreries réglementaires, le tribunal administratif régional du Piémont a déclaré que, dans ce cas précis, la communication du début des travaux au bureau technique de résidence était suffisante, sans qu'il soit nécessaire d'obtenir l'avis de la surintendance. Comme nous l'a montré le goudron du Piémont, même dans le cas de contrainte de paysage, l'autorisation de la surintendance n'est pas toujours nécessaire.

Contrainte photovoltaïque et paysager

La phrase du TAR du Piémont n'annule en aucune condition la protection du paysage mais ne l'a pas toujours rendue nécessaire pour les petits systèmes photovoltaïques.

L'installation de panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques sur les toits des bâtiments situés dans des zones restreintes nécessite en règle générale une autorisation et l'avis de la surintendance qui établit les restrictions. Actuellement, au centre de la question se trouve l'arrêté ministériel du 19 mai 2015 qui a introduit le modèle unique de construction et de raccordement au réseau électrique des systèmes photovoltaïques.

L'arrêté ministériel du 19 mai 2015 contient également des points critiques permettant de contourner l'avis du surintendant, notamment avec l'article 4, paragraphe 3, selon lequel: "l'installation de systèmes photovoltaïques sur des bâtiments ne relevant pas de ceux visés à l'article 136 , paragraphe 1, lettres b) et c), du Code du patrimoine culturel et du paysage (décret législatif 42/2004), n'est pas soumis à l'acquisition d'actes administratifs de consentement, quelle qu'en soit la dénomination, y compris leautorisation de paysage”.

Les interventions mineures pouvant accéder à la procédure d'autorisation paysagère simplifiée comprennent également l'installation de panneaux solaires, solaires thermiques et photovoltaïques, si la surface d'installation est inférieure à 25 mètres carrés. Cette spécification peut être appliquée dans des zones territoriales homogènes de catégorie A (en pratique, icentres historiques) et dans les zones réglementées conformément à l'article 136, paragraphe 1, lettres b et c (zones soumises à des restrictions paysagères).

Une lecture plus précise pourrait indiquer que l'exemption s'applique uniquement aux permis du côté du bâtiment et non du côté paysager où le soi-disant dégagement est requis. Pour plus d'informations:dégagement pour le photovoltaïque.


Vidéo: Planification et aménagement du potager (Juillet 2021).