Recherches

Moins d'entreprises vertes: la crise change les priorités


La crise économique n'est pas vert. Cela ne facilite pas la durabilité, cela n'aide pas l'environnement. Bref, ce n'est pas dans les épreuves que les entreprises se découvrent vertes, si tout le contraire est vrai. Quiconque a des doutes à ce sujet peut consulter les données de recherche Indice de gouvernance des documents Ricoh 2012, élaboré par Recherche Coleman Parkes de la part de Ricoh, avec des entretiens avec 1 075 cadres supérieurs (Classe C), administrateurs et autres employés d'entreprises à travers l'Europe.

L'étude demande si les entreprises, par rapport à un modèle de référence développé en 2009 (date du précédent index des documents Ricoh), ont réussi à améliorer la gestion de leur processus de documents critiques qui sont la base de leur entreprise. Il en ressort que, dans le contexte de marché modifié provoqué par la crise, les entreprises ont modifié l'échelle de leurs priorités, mais pas dans le but de vert.

Les données confirment que le gestion des risques commerciaux (risque commercial) monte au sommet en remplaçant l'aspect coût, tandis que les questions environnementales tombent aux niveaux les plus bas du classement. Dans le même temps, l'importance de la transparence ressort parmi les objectifs globaux des entreprises, puisque 64% des personnes interrogées déclarent s'être fixées des objectifs visant à aligner les processus sur les objectifs globaux de l'organisation, contre 15% qui fait la même déclaration en 2009.

Les résultats de la recherche de 2012 contrastent fortement avec ceux de 2009 et ne sont pas flatteurs sur le front vert. Il y a trois ans, l'attention des entreprises européennes était beaucoup plus concentrée sur les coûts (67%) et l'efficacité (59%) qu'aujourd'hui (coûts 43%; efficacité 51%). Tandis que le la durabilité environnementale semble décidément négligée au profit de la gestion des Big Data (le volume croissant de données à gérer), les marchés émergents et la gestion de plusieurs fournisseurs. Seules 33% des entreprises se sont fixé un objectif de durabilité en 2012, contre 41% il y a trois ans.

En particulier, en ce qui concerne la durabilité, si en 2009 la majorité des entreprises s'était fixé des objectifs mettant l'environnement et l'énergie aux côtés des coûts, de l'efficacité et de la performance, 2012 présente une image presque diamétralement opposée dans laquelle la gestion des risques commerciaux et l'alignement des entreprises sont identifiés comme des priorités absolues, tandis que l'environnement et l'énergie les niveaux les plus bas de l'échelle de priorité.

Dans ce contexte, en ce qui concerne processus documentaires, seuls 39% des chefs d'entreprise européens pensent avoir surmonté le défi de la durabilité environnementale. Pour 22%, c'est un problème qui s'est même aggravé au cours des trois dernières années.



Vidéo: Master Class Luc Ferry: Le monde daprès 1er octobre 2020 (Mai 2021).