Recherches

Accord de Paris sur le climat: c'est ce qu'il propose



Accord de Paris sur le climat, atteindre! Et alors? Donc ce n'est que le début, pas le premier que nous voyons, mais il y a des éléments qui, espérons-le, commenceront plus que les autres débuts auxquels nous avons assisté avec un souffle retenu qui s'est ensuite transformé en un soupir. De déception. Voyons quels éléments deAccord de Paris sur le climat ils peuvent nous conduire à un optimisme prudent. Et qui moins.

Arrivé quelques minutes avant 19h30 le 12 décembre, après 12 jours de travail intense et de nombreux travaux antérieurs, leAccord de Paris sur le climat tout d'abord, il prévoit que l'augmentation de température est maintenue à moins de 2 ° et peut se vanter d'un consensus mondial. Réduit?

Pas du tout, et justement dans cet adjectif global, que l'on «collent» souvent terrifié au «réchauffement» a cette fois un sens positif. Enfin, et contrairement à ce qui s'est passé il y a six ans à Copenhague, leAccord de Paris sur le climat vous pouvez être ravi d’avoir pris l’autorisation de partout dans le monde, y compris des quatre plus gros pollueurs. La promesse de réduire les émissions, Paris a aussi arraché La Chine, l'Inde et les États-Unis ainsi que l'Europe. Une belle réalisation de 2015.

L 'Accord de Paris sur le climat repose sur le principe que "le changement climatique représente une menace urgente et potentiellement irréversible pour les sociétés humaines et la planète" et partant précisément de cette réalité incontestable que la Conférence s'est terminée il y a moins d'un mois exige "la plus grande coopération de tous les pays" pour " accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre ». C'est une urgence mondialement reconnue.

Des délégations de 196 pays se sont assis à la table parisienne et à la fin, en adaptant et lissant les besoins de chacun, un accord a été trouvé, annoncé par un coPrésident ému de la Conférence - et ministre français des Affaires étrangères - Laurent Fabius. "L'accord de Paris sur le climat a été adopté", a-t-il déclaré.

De plus, comme nous l'avons déjà dit, c'est le début, car ce qui a été décidé doit entrer en vigueur en 2020 et pour que cela soit vraiment imposé à ceux qui l'ont signé, il faut l'accord d'au moins 55 pays qui représentent un total de 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Accord de Paris sur le climat: les avancées

dans leAccord de Paris sur le climat un pas en avant est de 2, 2 des degrés d'augmentation maximale de la température, et 2 est la limite à partir de laquelle vous voulez être "bien en dessous" en visant un + 1,5 °. Pour que cela se produise, les émissions doivent chuter considérablement à partir de 2020.

Une autre belle avancée déjà évoquée, réalisée à Paris, est l'obtention du consensus mondial ce qui rend la décision beaucoup plus précieuse car partagée. Partagé non par aucun autre pays mais par ceux qui pèsent le plus dans le bilan mondial des émissions.

Chaque pays se trouve dans des situations différentes, à la fois pour la contribution aux émissions et pour le prix payé dans un contexte de dégradation du climat mondial. Il y a eu ceux qui sont plus exposés, souvent ceux qui sont déjà plus pauvres pour d'autres raisons. Pour eux leAccord de Paris sur le climat a prévu un mécanisme de remboursements pour compenser les pertes financières causées par le changement climatique.

En parlant de fonds, il y aura fonds également pour l'énergie propre et ces pays d’ancienne industrialisation les fourniront. L'accord de Paris sur le climat parle de 100 milliards par an. Pour quoi? Pour garantir que les technologies vertes et décarbonisation de l'économie peuvent être des pratiques répandues dans le monde entier. On commence à partir de 2020 mais en 2025 un nouvel objectif financier doit déjà être fixé. Dans ce cadre de fonds pour l'énergie propre, les particuliers peuvent également être inclus.

Avant cette revue 2025, il y a un autre rendez-vous pour 2018, relatif aux contrôles. Basé sur le texte deAccord de Paris sur le climat en effet, des contrôles sont obligatoires tous les 5 ans pour revoir les objectifs, avec une première syncope qui amène le premier rendez-vous en 2018, donc dans 3 ans. Et à partir de là, cela se déroule régulièrement, puis en 2023 et ainsi de suite. De toute évidence, le la révision doit être améliorée, aucun recul n'est autorisé.

Accord de Paris sur le climat: les critiques

Les scientifiques et experts, écologistes et manifestants, n'ont épargné aucune critique des résultats obtenus ces derniers jours avec laAccord de Paris sur le climat. À tort ou à raison, ils ont en tout cas mis l’accent sur des aspects qui peuvent être améliorés ou évalués d’une manière constructive.

Le syndrome de "procrastination"Suspend aussi cet accord: il y a ceux qui soutiennent que ce point de départ 2018 pour la révision des objectifs de chaque pays est trop proche de 2020 et que si entre-temps on continue comme si de rien n'était, les résultats de 2020 pourraient être compromis. Le cri est: "nous ne le faisons pas à temps", Signe que l'urgence est bien ressentie par la communauté scientifique ou du moins par une partie substantielle de celle-ci.

Il manque également une date pourréduction des émissions, un peu comme une "fin de phrase jamais". Et la sanction est celle de l'utilisation de sources d'énergie fossiles qui semblent survivre alors que les écologistes voulaient en obtenir - 70% d'ici 2050 et zéro émission, côté non-vert, dans la période suivante. dans leAccord de Paris sur le climat, on ne parle pas clairement et avec une date, de remise à zéro. Pour beaucoup, c'est une victoire pour les producteurs de pétrole.

Si celui des contrôles est considéré comme une bonne victoire, c'est le fait qu'ils vont gâcher la fête auto-certifié. Ce sont les pays émergents qui ont insisté sur cette clé, tandis que les plus industrialisés s'adressaient aux organisations internationales qui rôle de garantie sur le respect par chaque pays de ses quotas d'émissions.

La Chine a été le leader de cette bataille, gagnée. L'une des nombreuses conséquences de ce type d'autonomie est ce qui se passera après laAccord de Paris sur le climat pour aéronefs et navires. Rien. Oui, car dans les vols réputés internationaux, quelles sont les émissions? Personne ne veut les compter alors on se retrouve avec le fait que les gaz d'échappement des avions et des navires ne sont contrôlés par personne.

Accord de Copenhague sur le climat

Critique et progrès, mais regardons un instant ce queAccord de Paris sur le climat est par rapport à ce qui a été décidé Conférence de Copenhague tenue en 2009. Environ 200 pays s'étaient réunis dans le but de limiter l'augmentation de la température mondiale par rapport aux valeurs de l'ère préindustrielle. Qu'est ce qui est different? Le fait qu'il manque un chiffre n'était pas une intention quantifiée, et il est important de fixer des chiffres et des limites concrets.

Aussi important que soit le consensus «global» de Paris, qui à Copenhague avait échoué. Il y a six ans, en effet, au Danemark, c'est précisément sur ce point que nous étions coincés avec une grande amertume. Paris etAccord de Paris sur le climat ils voient les pays pollueurs plus conscients, plus impliqués et proactifs. Il y a encore tout à voir, il y a tant à faire, mais au moins sur papier on peut écrire le mot global. Avec une certaine satisfaction d'espoir.

Si vous avez aimé cet article continuez à me suivre aussi sur Twitter, Facebook, Google+, Pinterest et ... ailleurs il faut me trouver!

Autres articles susceptibles de vous intéresser

  • Climat méditerranéen: flore et faune
  • Zones climatiques en Italie
  • Iceberg: signification
  • Zones climatiques
  • Anthropocène: signification
  • Climat continental: flore et faune
  • Climat océanique: flore et faune


Vidéo: Accord de Paris: que les États-Unis en sortent ou y restent, quest ce que ça change? (Juin 2021).